Au vent des Étoiles

Au vent des Étoiles
Identifiez-vous
Pseudo :
Mot de Passe :
mot de passe oublié ?
Théories des proportions - Principe d'analogie


    Le développement de la pensée pythagorienne, grâce à la caution de Platon et aux commentaires néoplatoniciens, est consubstanciel à la transmission des clefs traditionnelles.
    Les alchimistes, Kabbalistes, Rose-Croix et Magiciens, les bâtisseurs et architectes, depuis les corporations grecques jusqu'aux ghildes du Moyen-âge, véhiculent des symboles, signes, clefs, qui ne sont autres que les secrets géométriques des pythagoriciens. Une clef, c'est à dire une proportion, se présente comme une loi générale qui concerne aussi bien la musique, l'architecture, l'arithmétique que la poésie et la morale.
    Ceci par analogie puisque ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, puisque le temps est analogue à l'espace et, par conséquent, le rythme obéit aux mêmes lois que la symétrie. L'Homme étant perçu comme le Microcosme, le Temple est perçu comme la médiété entre l'homme-microcosme et l'Univers-Macrocosme ; le temple figure la relation macrocosme/microcosme. C'est pourquoi l'architecture est considérée par les pythagoriciens comme une science et c'est pourquoi les relations mathématiques figurées par des symboles (polygones à 5, 6, 7, 8 côtés, etc.) deviennent privilégiés en architecture. 
    La définition de la proportion est :

 «La proportion est le rapport que le tout à avec les parties et celui qu’elles ont séparément, comparativement au tout, suivant la mesure d’une certaine partie. Car, de même que dans le corps humain il y a un rapport entre le coude, le pied et la paume de la main, le doigt et les autres parties, ainsi dans les ouvrages qui ont atteint la perfection, un membre en particulier fait juger de la grandeur de toute l’œuvre. Or la proportion dépend du rapport que les Grecs appellent analogie ; par rapport, il faut entendre la subordination des mesures au module dans tout l’ensemble de l’ouvrage, ce par quoi toutes les proportions sont réglées car jamais bâtiment ne pourra être bien ordonné s’il n’a cette proportion et ce rapport et si toutes les parties ne sont, les unes par rapport aux autres, comme le sont celles du corps d’un homme bien formé».


 Daniel Béresniak 
 L'apprentissage Maçonnique - Une école de l'éveil

«Le malheur du temps présent, c’est que les mesures sont tombées partout dans l’arbitraire et dans l’abstraction : elles devraient être chair, c’est-à-dire expression palpitante de notre univers à nous, l’univers des hommes, qui est le seul concevable à notre entendement.» 
► Le Corbusier ( Le Modulor, Paris 1950)